Actuellement en Australie, où elle prendra le départ de pas moins de trois courses, dont la Santos Women’s Tour, à partir du 11 janvier, la Pontivyenne Audrey Cordon-Ragot fait le point sur sa préparation et sur la saison à venir. 

 

À l’aube de 2018, quel bilan faites-vous de la saison 2017 ?
Le bilan est très satisfaisant, bien que frustrant sur certains points, en particulier le mondial route où je passe si près du podium.

Comment s’est déroulée votre préparation ?
Pas d’ombres au tableau, juste une petite intervention bénigne des dents de sagesse. Tout s’est bien déroulé, les voyants sont au vert. Mon équipe, Wiggle High5, n’étant pas adepte des stages, je me suis rendue seule en Espagne, sur la Costa Blanca. J’ai eu la chance de bénéficier là-bas du soutien de l’équipe Vital Concept.

Vous avez aussi participé à deux cyclo-cross dans le Morbihan…
J’aime faire du cyclo-cross l’hiver, pour travailler à haute intensité tout en m’amusant. Le premier (Plumelec) est toujours délicat, mais le deuxième, à Grand-Champ (samedi), m’a fait ouvrir le compteur de victoires en 2018.

Quels seront vos objectifs en 2018 ? 
Je voudrais vraiment entrer dans le top 15 mondial et jouer les premiers rôles sur les plus belles classiques de début de saison. Par la suite, évidemment, les championnats internationaux font aussi partie de mes objectifs.

Quand reviendrez-vous en Bretagne ?
J’espère prendre le départ à Plumelec et au Kreizh-Breizh, mais cela dépendra d’une éventuelle sélection en équipe de France car mon équipe n’y participe pas. Puis il y a la Coupe du monde à Plouay, ainsi que la Coupe de France de Trévé.

Que pouvons-nous vous souhaiter pour la saison à venir ?
De la réussite. C’est ce qui m’a manqué jusqu’ici et qui m’a empêché très souvent de décrocher une vraie victoire.

© Le Télégramme

http://www.letelegramme.fr/informations/jouer-les-premiers-roles-sur-les-classiques-09-01-2018-11806656.php